Pourquoi les All Blacks jouent-ils en noir ?

Pourquoi les All Blacks jouent-ils en noir ?

0


Le mythique maillot tout noir des All Blacks, les rugbymen néo-zélandais

Ce maillot noir comme l’ébène inspire peur et respect sur les terrains de rugby du monde entier. Les All Blacks sont à peu près l’équivalent du Brésil en foot (du moins avant le fiasco de la dernière Coupe du Monde, qui a largement terni l’image des auriverde…) : LA référence. Un mythe basé en grande partie sur cette impressionnante tunique sombre. Et s’ils jouent en noir, alors que le drapeau de la Nouvelle-Zélande est bleu-blanc-rouge, c’est en hommage à la culture maorie (tout comme le fameux « haka »). Une couleur symbole de « prudence, sagesse et constance ». Avant de revêtir ce maillot de légende à partir de 1901, les rugbymen « kiwis » jouaient plutôt en bleu, avec des shorts blancs.

De « All backs » à « All blacks »…

Quant au surnom de « All Blacks », il serait parti d’une simple « coquille », une erreur de typographie. En 1905, l’équipe de Nouvelle-Zélande effectue une tournée en Europe. Pour saluer leur jeu en mouvement, un journaliste du « Daily Mail » les surnomme les « All backs » (« tous arrières », c’est-à-dire « attaquants » en rugby). Croyant à une faute de frappe, surtout en voyant tous ces grands gaillards portant maillot, short et chaussettes noirs, le correcteur aurait logiquement transformé la formule en « All Blacks ». Une version contestée, mais jamais remplacée. Ah oui une dernière chose : selon certains, les « Blacks » portent le noir en signe de deuil pour leurs adversaires. Il faut bien soigner la dramaturgie du ballon ovale…

Le petit bonus : la fougère argentée, avec ses faux airs de Palme d’or, provient elle aussi de la tradition maorie, et représente l’éveil et l’énergie…

La fougère argentée est l'un des symboles de la Nouvelle-Zélande et des rugbymen All Blacks

Les All Blacks en 1905, moins impressionnants qu'aujourd'hui certes mais plus moustachus
Les All Blacks au début du XXe siècle. Moins impressionnants que les monstres d’aujourd’hui certes, mais déjà très performants.