Pourquoi les pilotes s’aspergent de champagne sur le podium

Pourquoi les pilotes s’aspergent de champagne sur le podium

0

Des pilotes de Formule 1 s'arrosent de champagne sur le podium

C’est une tradition aussi débile qu’incontournable. A la fin d’une course de Formule 1 (ou de sport automobile en général), le champagne coule à flots : les trois pilotes présents sur le podium font péter le jéroboam et s’arrosent joyeusement. Un moment de libération, mais surtout un beau gâchis : ils feraient quand même mieux de sabler du Champomy. Ce rituel immuable est né en 1966, lors des 24 Heures du Mans.

Bain « mousseux » pour le publicSabrer le champagne après une victoire

Cette année là, le pilote suisse Jo Siffert remporte l’épreuve mythique de la Sarthe et reçoit en récompense une belle bouteille de champagne. Mais celle-ci a un peu trop chauffé au soleil, et là c’est le drame : le bouchon saute tout seul et le public se fait « inonder ». L’année suivante le pilote américain Dan Gurney, vainqueur au Mans, se souvient de cet épisode arrosé. En guise de clin d’oeil, il ouvre sa bouteille de brut impérial « Moët & Chandon » et douche les spectateurs. « Je pensais que cette victoire âprement disputée avait besoin de quelque chose de spécial », se justifia Gurney. Le mode arrosage automatique était né.

Le petit bonus : à Indianapolis, le cérémonial est légèrement différent puisque le vainqueur doit engloutir… une bouteille de lait. Miaou !

A Indianapolis, le vainqueur doit boire une bouteille de lait

 Allez c’est cadeau…