Pourquoi un « coup du chapeau » quand un joueur marque trois buts ?

Pourquoi un « coup du chapeau » quand un joueur marque trois buts ?

0

Un coup du chapeau façon tour de magie

Au foot, tous les « coups » sont permis ou presque : « coup du foulard », « coup du sombrero », « coup du scorpion », « coup du chapeau »… Ce dernier ne consiste pas à sortir un lapin de son haut-de-forme pour déconcentrer l’adversaire façon abracadabra, même s’il est souvent réalisé par des magiciens du ballon rond. On parle de coup du chapeau (« hat trick » en anglais) quand un joLe coup du chapeau de Cristiano Ronaldoueur marque trois buts consécutifs dans le même match – et pas juste un triplé, même s’il existe des variantes d’un pays à l’autre.

Chapeau l’artiste !

L’expression vient du cricket. En 1858, lors d’un match à Sheffield, le légendaire H.H. Stephenson réussit à éliminer trois batteurs en trois lancers consécutifs. Un véritable exploit (paraît-il). Pour célébrer l’événement, une quête est lancée dans les tribunes, et avec l’argent récolté Stephenson se voit offrir un magnifique couvre-chef. L’image est restée et depuis, l’expression « coup du chapeau » a été reprise dans d’autres sports (rugby, formule 1, hockey…), et en particulier par les commentateurs de foot style Christian Jeanpierre, jamais avares de formules toutes faites. Il faut dire que les gardiens s’y connaissent en buts « casquette ».

Le petit bonus : en foot, la tradition veut qu’un joueur qui réalise un hat-trick conserve le ballon du match. Enfin normalement.