Pourquoi compte-t-on les points de tennis en 15, 30 et 40 ?

Pourquoi compte-t-on les points de tennis en 15, 30 et 40 ?

0


Pourquoi les points du tennis se comptent en 15, 30, 40 et jeu

La question taraude tout amateur de petite balle jaune qui se respecte. Pourquoi donc cette façon anarchique (et frustrante) de compter les points au tennis ? Et pourquoi pas 10, 20, 30, 40, etc… ou même 100, 200, 300… ? La règle remonte à l’ancêtre du tennis, le fameux jeu de paume.

A l’époque, le grand court rectangulaire est divisé en deux parties longues de 60 pieds (18 mètres quand même!). De chaque côté et parallèlement au filet, on traçait les lignes 15, 30 et 45. Le joueur qui remportait le point avançait de 15 pieds jusqu’à la ligne suivante. Une fois arrivé au filet, le jeu était gagné. Pourquoi le 45 est-il devenu 40, brisant cette belle suite logique ? Parce que la ligne 45 a été jugée trop proche du filet – c’est vrai qu’il valait mieux assurer à la volée – et a donc été reculée de 5 pieds.

D’autres hypothèses ont été avancées. L’une d’elles renvoie au monde des paris. Au Moyen-Âge, la monnaie française se basait sur le système sexagésimal (relatif à 60). Le « double d’or » valait 60 sous, et le « denier d’or » 15 sous. Au cours des matches, les parieurs avaient donc pris l’habitude de compter les points en mode monnaie. Le sport business, déjà…

Le petit bonus : le jeu de paume a donné tout un tas d’expressions à la langue française, sans que l’on s’en doute. C’est par ici.

La façon de compter les points au tennis vient du jeu de paume