Pourquoi vous ne couperez pas à la bûche de Noël

Pourquoi vous ne couperez pas à la bûche de Noël

0


La bûche de Noël est le classique du réveillon

Ce soir (ou demain) après la traditionnelle dinde, ce sera bûche au dessert ! Et oui ça se passe comme ça à Noël : l’année dernière, 7 millions de bûches ont squatté les tables du réveillon. Mais ce dessert incontournable n’est pas si vieux que ça.

Coutume païenne ? Coutume chrétienne ?

La tradition de la bûche remonte au Moyen-Âge. A l’époque on faisait brûler une grosse bûche en bois (de préférence d’un arbre fruitier) dans la cheminée, et celle-ci devait se consumer lentement, de NoëLa bûche de Noëll jusqu’au Nouvel An si possible. Certains y voient une coutume chrétienne, rappelant que Jésus était né dans le froid d’une étable. D’autres un rite païen pour célébrer le solstice d’hiver. Une superstition qui variait d’une région à l’autre mais dont le but était, comme souvent, que les récoltes soient bonnes. Et si c’était tout simplement pour se réchauffer en plein hiver ? Bref…

De la cheminée à l’assiette

Plus tard, on a utilisé ces fameuses bûches comme éléments de décoration, peintes, recouvertes de symboles… Ce n’est qu’au XIXe siècle que le tronc d’arbre façon pâtisserie a débarqué dans nos assiettes. Depuis, cette gênoise roulée recouverte de crème au beurre (chocolat, vanille, café, Grand Marnier…) fait feu de tout bois. Plus tard on a même inventé la bûche glacée. Le feu, la glace, voilà de quoi bûcher un peu en attendant le réveillon.

Le petit bonus : n’abusez tout de même pas de la bûche, vous risquez d’être victime du syndrome langue de bois. Mouhahaha, t’as compris ?