Pourquoi le « croque-monsieur » a-t-il ce nom cannibale ?

Pourquoi le « croque-monsieur » a-t-il ce nom cannibale ?

0


Un bon vieux croque-monsieur

A défaut d’être un plat de cordon-bleu, le bon vieux croque-monsieur a le mérite d’être bien pratique. Avalé sur le pouce, il reste un « best-seller » des bistrots français à l’heure de la pause déjeuner. Le croque-monsieur serait né dans une brasserie parisienne du boulevard des Capucines, un beau jour de 1910. Un peu par « accident » d’ailleurs, comme bon nombre de plats. La petite histoire raconte que ce jour-là, le patron n’a plus de pain pour faire ses sandwiches. Il le remplace par du pain de mie, y glisse une tranche de jambon, un peu de fromage, fait chauffer le tout pour retrouver le côté croustillant de la baguette : le tour est joué !

Le croque-monsieur déboule sur la carte

Mais alors que des clients lui demandent ce qu’il y a dans ce drôle de sandwich, le bistrotier aurait répondu :« de la viande de monsieur ». Une blagounette qui ne leur a pas coupé l’appétit, au contraire : le lendemain, le croque-monsieur se faisait une place sur la carte. Parité oblige, on inventera plus tard le croque-madame, qui aura même droit à son oeuf « à cheval ». Madame est servie…

Le petit bonus : dans la série Paris vs New-York version fast-food, voici le croque-monsieur contre le hot-dog.

dans la série Paris vs New-York version fast-food, voici le croque-monsieur contre le hot-dog