Pourquoi dit-on un « grec » pour un kebab alors que c’est turc ?

Pourquoi dit-on un « grec » pour un kebab alors que c’est turc ?

0


Le sandwich kebab ou grec a été inventé en 1971 en Allemagne par un immigré turc, Mehmet Aygun.

« On se fait un Grec ? » Rien de tel qu’un petit kebab complet après un ciné, avec frites, salade, tomates, oignons, sauce blanche (ou ketchup-mayo si vous préférez). Le « grec », ou kebab, se taille clairement la part du lion lors des virées nocturnes entre amis, surtout chez les ados affamés sortant de boîte de nuit. Mais pourquoi commande-t-on un « grec » alors que l’on se trouve en général dans un restaurant turc ? Et pourquoi pas demander un « espagnol » dans une pizzeria, tant que vous y êtes ? UnUn sandwich grec ou kebab après une boîte de nuit. Pas très diététique, mais tellement bon. coup à créer un incident diplomatique, surtout que historiquement, Grèce et Turquie n’ont jamais été les meilleures amies du monde.

Le kebab traverse les frontières

Bien avant d’être un sandwich, le « döner kebap » (qui signifie « tourner » et « viande grillée ») était un plat turc, et même un mode de cuisson. Il aurait été utilisé dès le XVe siècle par les soldats ottomans, qui embrochaient la viande avec leur épée pour la faire griller. Le sandwich façon kebab a lui été inventé en 1971 par un certain Mehmet Aygün, immigré turc vivant à Berlin. C’est en franchissant le Rhin que le kebab aurait été « hellénisé ». A Paris en effet, il a d’abord été proposé par les nombreux restaurants grecs du Quartier Latin. Les clients l’ont donc logiquement baptisé « sandwich grec », puis « grec » tout court. Pour embrouiller le tout, les Grecs parlent eux de « gyros pita »… A n’y rien comprendre.

Le petit bonus : selon un sondage, l’appellation « grec » est surtout utilisée en région parisienne. On parle plutôt de « kebab » dans le Sud, et de « döner » dans le Nord.

Le sandwich kebab possède de très nombreux noms, comme Döner, Grec ou encore Gyros.