Pourquoi la garden-party de l’Elysée a été supprimée

Pourquoi la garden-party de l’Elysée a été supprimée

0

La garden-party de l'Elysée et ses petits fours ont été supprimés du programme du 14 juillet

Rangez le champagne et les petits fours, la fête est finie ! Cette année encore, c’est ceinture à l’Elysée : la traditionnelle garden-party du 14 juillet n’aura pas lieu. Avant, juste après l’incoutournable défilé militaire célébrant notre bonne vieille fête nationale, le Président de la République organisait un petit pince-fesses dans les jardins du palais. Mais ça c’était à la belle époque, avant que l’on n’entre dans l’ère de  l’austérité, la sinistrose, la dépression, la rigueur, la pénitence… bref : la crise.

La garden-party sacrifiée

En 2010 en effet, Nicolas Sarkozy prend une mesure drastique pour sauver la France et réduire la dépense publique : supprimer la garden-party, petit rituel instauré en 1889. On misait logiquement sur François Hollande et son côté bon vivant pour réparer tout ça : patatras ! En 2012, le nouveau Président de la République décide de prolonger l’abstinence. Et depuis, il tient bon. Cette privation bucolique permet au pays d’économiser environ 700.000 euros de traiteur et frais annexes. Super pourLa garden party du 14 juillet à l'Elysée. Presque un lointain souvenir, puisqu'elle a été supprimée en 2010 pour réduire le train de vie de l'Etat. le symbole, mais un peu raide, quand on sait que ça correspond à un petit vol en jet privé pour Hollande ou une soirée au Fouquet’s pour Sarkozy…

Canards planqués, pelouses flinguées

En tout cas, il y en a qui ne s’en plaignent pas : ce sont les canards de l’Elysée. Lors des garden-parties, les volatiles devaient être exfiltrés, histoire de na pas être piétinés par la foule d’anonymes (jusqu’à 13.000 en même temps) venus gratter un cocktail et quelques roulés feuilletés au chorizo. Les jardiniers aussi peuvent souffler. L’un d’entre eux a confié au Figaro : « En 2001, il avait plu, et la pelouse piétinée par 5.000 personnes était devenue une vraie rizière. » Plus besoin de sortir les rames.

Le petit bonus : la garden-party, ça permettait aussi au Président de rebooster sa popularité. Demandez donc à Jacques Chirac, hôte des Bleus champions du monde de foot en 1998. Et 1 ! et 2 ! et 3-0 !

Summer