Pourquoi les Juifs célèbrent-ils Yom Kippour ?

Pourquoi les Juifs célèbrent-ils Yom Kippour ?

0

 

Pendant Yom Kippour, il est interdit de manger, mais aussi de se laver et d'avoir des rapports sexuels

Yom Kippour (ou Kippur) est le « Jour du Grand Pardon ». Moment fondamental dans la religion juive, c’est l’occasion d’une journée de repentance et de réconciliation. Yom Kippour tombe le 10 du mois de « tishri » dans le calendrier hébreu, c’est-à-dire en septembre ou en octobre dans le calendrier grégorien. Bref, le mieux pour ne pas se tromper, c’est de vérifier ici.

Jeûne et prières

Alors certes Yom Kippour est bien une « fête », mais plutôt du genre austère tout de même. Sauf la veille, où un grand repas convivial est organisé, au cours duquel chacun doit pardonner à son prochain et lui témoigner son amitié. Allez shalom, on oublie tout ! Au programme des réjouissances du lendemain, qui se déroulent à la synagogue : chômage (ça c’est pour le bon côté), prières, demandes de pardon à l’Eternel pour ses propres fautes, mais aussi pour celles de la communauté, prières, prières, confessions, prières et bien sûr le jeûne alimentaire. A peu près – j’ai bien dit à peu près – comme pour les catholiques avec le Carême et les musulmans avec le ramadan.

Rapports sexuels et chaussures en cuir interdits

Mais pire que le jeûne alimentaire, il faut (en théorie) observer un jeûne… de la parole. Un vrai supplice pour les « pipelettes ». La plupart des Juifs laïcs respectent aussi Yom Kippour, et les synagogues sont tellement bondées pour l’occasion que certains achètent carrément leur place à l’avance. Et ça peut « douiller »… Normalement pendant Kippour (mais plus en Israël que rue des Rosiers tout de même), il est aussi interdit de se laver, d’avoir des rapports sexuels et de porter des chaussures en cuir. Alors faire les trois à la fois, n’y pensez même pas.

Si vous êtes dans l’un des cas suivants, vous pouvez vous défiler :

# Vous êtes une fille de moins de 12 ans ou un garçon de moins de 13 ans

# Vous êtes diabétique (ou besoin de médicaments, plus généralement)

# Vous avez accouché dans les trois derniers jours (si c’est quatre, pas de bol)

# Vous êtes « goy »…

Le petit bonus : peur de ne pas tenir le coup ? Voilà un « Petit manuel de survie à Yom Kippour », « kacher » et bourré d’auto-dérision.

Pas facile de tenir le jeûne pendant kippour, même pour un Juif orthodoxe motivé