Pourquoi les noms « Juno Beach », « Utah Beach », « Omaha Beach »… ?

Pourquoi les noms « Juno Beach », « Utah Beach », « Omaha Beach »… ?

0


La-plage-dOmaha-Beach-le-6-juin-1944
Omaha Beach le 6 juin 1944, photo de Robert F. Sargent / Beekoz

Utah Beach, Sword Beach, Juno Beach… Théâtres du Débarquement allié du 6 juin 1944, les plages de Normandie ont laissé leurs drôles de noms dans l’Histoire. Des appellations qui ne sont au départ que des noms de code, employés lors du fameux « D-Day » pour embrouiller les Allemands. Utah Beach et Omaha Beach, objectifs sous commandement américain, sont baptisées ainsi en référence à l’état de l’Utah et la ville d’Omaha (Nebraska). Rien d’anormal jusque-là.

« Appelons la Juno »Juno Beach a bien failli s'appeler Jelly

De leur côté, Britanniques et Canadiens ont ciblé trois sites pour mener l’opération « Overlord » : « Sword Beach », « Gold Beach » et « Juno Beach ». Des noms de poissons choisis par Montgomery et tirés de « swordfish » (espadon) et « goldfish » (poisson rouge). Sauf que Juno n’est pas un poisson. Initialement, cette plage de Saint-Aubin-sur-Mer devait en fait s’appeler Jelly Beach (de « jellyfish », la méduse). Une image un peu « guimauve » qui ne plaisait pas du tout à Winston Churchill, car contrastant trop avec le nombre de morts à venir. Le lieutenant canadien Michael Dawnay proposa alors : « Appelons la Juno, c’est le prénom de ma femme ». Une candidature validée par les services de chiffrage.

Le petit bonus : heureusement que Madame Dawnay ne se prénommait pas Adrienne, Gertrude ou Micheline, tout de suite ça passe moins bien…

FIL-Gabarit-2cols Crédit : Idé