Pourquoi dit-on « tomber dans le panneau » ?

Pourquoi dit-on « tomber dans le panneau » ?

0


Tomber dans le panneau ne veut pas dire se prendre une pancarte en pleine tête, mais plutôt se faire avoir ou abuser par un vilain plaisantin.

Lorsque quelqu’un se fait avoir en beauté ou saute à pieds joints dans un piège ou une plaisanterie, on dit qu’il est « tombé dans le panneau ». Mais cela ne signifie pas qu’il vient de se jeter contre une pancarte la tête la première. L’origine de cette expression remonte au XIIIe siècle. A l’époque, un « panneau » était un un morceau d’étoffe, une sorte de filet utilisé pendant la chasse.

Quand le pigeon tombait dans le panneauLa pantière était un filet tendu pour attraper des oiseaux

Le panneau (aussi appelé « pantière ») est décrit comme « un filet très long qui barre tout un espace vertical (…) et qu’on fait, à l’aide d’une commande de ficelle placée au loin, s’abattre sur le gibier ». Les chasseurs ou oiseliers s’en servaient surtout pour attraper des pigeons ou des palombes (et peut-être des « galinettes cendrées » ?). Une fois le piège refermé sur lui, le volatile était fait comme un rat, pris dans les mailles du filet. Avec ce procédé, les pauvres bêtes à plumes ne tombaient en général qu’une fois dans le panneau, puisqu’elles passaient ensuite à la casserole. Alors qu’au sens figuré d’aujourd’hui, on peut tomber dedans à l’infini sans même le remarquer.

Le petit bonus : « panneau publicitaire » ou « panneau électoral » seraient donc des pléonasmes, puisque tous ces termes désignent des pièges à pigeons.
Une photo de pantière en préparation à Anglet, dans les dunes de la Chambre d'amour. Les chasseurs tendaient ces grands filets pour capturer des oiseaux qui venaient se coincer dans les mailles et tombaient dans le panneau.
Une pantière en préparation