Pourquoi un grand cuisinier est-il un « cordon bleu » ?

Pourquoi un grand cuisinier est-il un « cordon bleu » ?

0


Pourquoi le cordon bleu s'appelle ainsi ? Demandez donc à madame, qui reçoit sa décoration de la plus haute importance

Non, ce n’est pas parce qu’il vous arrive de mettre une pizza au micro-ondes ou de préparer des pâtes « carbo » comestibles que vous êtes un « cordon bleu ». Un tel qualificatif, ça se mérite. D’ailleurs au XVIe siècle, bien avant de désigner un Chef ou un as des fourneaux, le cordon (ou ruban) bleu était une décoration de la plus haute importance. Mis au goût du jour par Henri III en 1578, c’était l’insigne des Chevaliers de l’ordre du Saint-Esprit. L’ancêtre de la Légion d’Honneur (sauf que de nos jours on donne cette dernière à peu près à n’importe qui).Miam miam c'est délicieux, un vrai repas de cordon bleu

Une « personne remarquable »

Le cordon bleu était donc synonyme de « personne remarquable ». Pour plaisanter, on affublera plus tard de ce titre les bonnes cuisinières. Une autre histoire évoque cette « déviation culinaire ». Des Chevaliers du Saint-Esprit auraient en effet pris pour habitude de se retrouver autour d’une bonne table, ruban bleu en évidence, pour fêter la cuisine française : leurs « repas de cordons bleus » étaient réputés. Le cordon bleu finira par désigner les cuisinier(e)s plutôt que les gourmets.

Le petit bonus : quant au cordon bleu de volaille, son nom viendrait du fait que les cuisiniers se servaient de ficelle bleue pour attacher les escalopes avant de les farcir…

Un cordon bleu de volaille à la françaisecourtesy wisegeek.org