Pourquoi dit-on « être bredouille » ?

Pourquoi dit-on « être bredouille » ?

1


Un-chasseur-rentre-bredouille, ou plutôt broucouille comme disent les Inconnus.

Il n’y a rien de plus énervant que de rentrer bredouille, les mains vides, c’est-à-dire d’avoir échoué dans sa mission. L’expression est souvent associée à la pêche ou à la chasse, tant il n’est pas rare que le chasseur revienne bredouille, ou plutôt « broucouille », comme on dit dans le Bouchonnois. Mais l’origine de notre « bredouille » n’a pas de rapport avec la besace désespérément vide du promeneur de fusil.

Le loser se faisait « bredouiller »Faire bredouille au trictrac, c'est faire un sans faute

Elle vient en fait d’un très vieux jeu de société, extrêmement populaire à partir du XIIe siècle, le « trictrac » (ou « tric-trac »). Il s’agit d’un jeu de hasard, avec un plateau, des dés, des pions… enfin bref pour les règles, allez faire un tour par là. Toujours est-il que gagner en réussissant tous les coups à la suite s’appelait « faire bredouille ». Une sorte de grand-chelem, mais version tric-trac. Quelque part, le malheureux perdant se faisait donc « bredouiller ». Par inversion, c’est ce côté loser qui est resté accolé à l’expression.

Le petit bonus : « Une bécasse, ça vaut bien dix pétasses/ Une poule d’eau, c’est mieux que la Bardot… »