Pourquoi dit-on « ça ne casse pas trois pattes à un canard » ?

Pourquoi dit-on « ça ne casse pas trois pattes à un canard » ?

0


Pourquoi dit-on ça ne casse pas trois pattes à un canard

Le détail ne vous aura sûrement pas échappé : un canard, ça a deux pattes. Sauf s’il vient de Tchernobyl bien sûr. Pourtant quand on estime qu’une chose n’a pas grand intérêt, ou est carrément d’une banalité affligeante, on dit parfois que « ça ne casse pas trois pattes à un canard ». Pas la peine de chercher trop loin : trouver un volatile à trois pattes relève de l’exploit, et même du fantastique, donc tout le reste est par conséquent ordinaire. On aurait très bien pu dire « casser deux quePourquoi veut-on toujours casser trois pattes à ce pauvre canard qui n'a rien fait de malues à un chien » ou « cinq cous à une girafe ». Pourquoi « casser », un « canard » et le chiffre 3 ? Mystère…

Le canard n’est pas celui qu’on croit

Sauf que ce canard là est en fait une déformation de « cagnard » (qui désignait autrefois un cheval). Comme à l’époque on ne savait pas soigner un cheval qui se brisait une patte, on était obligé de l’abattre. Tout ce qui pouvait casser une patte (alors imaginez trois) à un cagnard était logiquement très redouté. Le palmidé n’a donc rien à voir là-dedans. Et même si vous trouvez que l’explication ne casse pas des briques, pas la peine de nous voler dans les plumes. Coin, coin…

Le petit bonus : vous pouvez aussi casser trois pattes à un canard boîteux, mais là c’est vraiment lâche…

Casser trois pattes à un canard boîteux n'est vraiment pas digne de vous