Pourquoi le Pont des Soupirs de Venise s’appelle ainsi

Pourquoi le Pont des Soupirs de Venise s’appelle ainsi

0


Le pont des Soupirs a été construit en 1602 par Antonio da Ponte. C'est l'une curiosités architecturales de la cité des Doges.

Le Pont des Soupirs est l’un des grands « classiques » de Venise. Un passage  incontournable pour les amoureux, qui viennent y faire un petit tour en gondole et s’embrasser sous l’arche – ou faire des selfies. Le cliché romantique par excellence. Pourtant à l’origine, ce joyau architectural n’avait rien de très « fleur bleue ». Il reliait en effet la principale prison de Venise au palais des Doges et ses redoutables salles d’interrogatoire. Les soupirs en question ne sont donc pas les soupirs de La lagune de Venise vue depuis le Pont des Soupirs. Voilà la dernière vision qu'avaient les condamnés avant d'être enfermés en prison.plaisir d’amants tombés en pâmoison, mais la complainte du condamné s’apprêtant à découvrir les joies de la geôle.

Une vue imprenable avant le « mitard »

C’est du moins ce qu’imaginaient les Vénitiens à l’époque. Ils pouvaient d’ailleurs seulement l’imaginer, puisque cet édifice en marbre de style baroque, construit au tout début du XVIIe siècle, est entièrement clos. Ainsi lors de son transfèrement, le prisonnier n’était pas tenté de piquer une tête dans le canal pour s’évader. L’intérieur du Pont des Soupirs était nettement moins pompeux que l’extérieur : il s’agissait d’un couloir terriblement ordinaire et austère, séparé par une cloison pour que les condamnés ne puissent pas se croiser. Les toutes petites ouvertures grillagées (en pierre) offraient une vue furtive sur la Sérénissime et sa lagune, dernier moment de liberté avant la case cellule et/ou torture. Vu sous cet angle, il y avait bien de quoi soupirer un peu.

Le petit bonus : le Pont des Soupirs était aussi surnommé le « sarcophage volant », ce qui en dit long sur son utilité première.

Les touristes pensent que le Pont des Soupirs, à Venise, s'appelle ainsi à cause des chuchotements des amoureux et de leurs ébats sexuels. En fait il s'agit des soupirs de prisonniers.