Qui a dit « Houston, on a un problème » ?

Qui a dit « Houston, on a un problème » ?

1


Houston on a un problème. Une phrase mythique prononcée par l'astronaute Jack Swigert durant la célèbre mission Apollo 13

Cette phrase entrée dans l’Histoire est aujourd’hui servie à toutes les sauces, jusqu’à l’overdose. Plus de papier-toilette ? « Houston, on a un problème ». Des copains débarquent à l’improviste ? « Houston, on a… » Enfin bref ! Mais à l’origine, le problème en question était de taille. C’est un certain Jack Swigert qui a prononcé cette formule devenue culte, et avec un calme olympien. En 1970, cet astronaute de la NASA participe, avec deux collègues, à la fameuse mission Apollo 13. Il s’agit de la troisième tentative d’atterrissage lunaire (d’alunissage, si vous préférez), mais celle-ci va vite tourner au fiasco et être annulée.

« We’ve had » devient « We have »Houston on a un problème / We have a problem

La petite balade dans l’espace ne se passe pas exactement comme prévu. Au cours de son trajet vers la Lune, un réservoir d’oxygène du module Apollo explose. L’accident bête. Et là, pas moyen de faire demi-tour comme avec sa « Fuego » sur la nationale 20. Le vaisseau doit donc faire le tour du satellite tandis que l’équipage, en manque d’oxygène, se réfugie dans un autre module. Allez rassurez-vous, tout est bien qui finit bien : tout le monde rentrera sain et sauf malgré les conditions rocambolesques. Sur le coup, Jack Swigert relate l’incident à l’équipe au sol, basée à Houston (Texas) : « Houston, we’ve had a problem » (« Nous avons eu un problème »). Un scénario intéressant, mais pas assez sexy pour la pop culture américaine, et Hollywood en particulier. Pour dramatiser, la formule sera transformée en : « Houston, we have a problem » (« Nous avons un problème, là tout de suite maintenant, on va tous crever et c’est le gros flip à bord! »). Beaucoup plus vendeur.

Le petit bonus : « Houston, on a un problème » a été élue 50ème plus grande réplique de l’histoire du cinéma par l’American Film Institute.