Qui a dit : « Ich bin ein Berliner » ?

Qui a dit : « Ich bin ein Berliner » ?

0

"Ich bin ein Berliner !" John Fitzgerald Kennedy prononce sa fameuse phrase depuis Berlin-Ouest, en pleine période de Guerre froide avec l'URSS.

Comment une minuscule petite phrase entre dans la grande Histoire. Le 26 juin 1963, en pleine guerre froide, John Fitzgerald Kennedy effectue une visite-éclair à Berlin-Ouest. Un véritable événement : JFK est le premier Président américain à mettre les pieds en Allemagne depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Devant 400.000 personnes ébahies, Kennedy se lance dans un discours plein de lyrisme. Il lâche alors sa « punchline » historique : « Ich bin ein Berliner » (« Je suis un Berlinois », à 3’10 dans la vidéo ci-dessous). Par là, il veut afficher sa solidarité envers Berlin-Ouest, petite enclave coincée en territoire communiste.

« Ich bin ein groß donut, miam miam »Ich bin ein Berliner. En allemand, Berliner désigne bien un habitant de Berlin, mais c'est aussi le nom d'un beignet semblable à un donut américain.

Si la formule enflamme les foules, elle fait aussi beaucoup ricaner les commentateurs de l’époque. Selon eux, Kennedy, pas germanophone pour un Deutsche Mark, se serait empêtré dans les subtilités grammaticales de la langue de Goethe. Il aurait ainsi dû dire : « Ich bin Berliner », et non « Ich bin ein Berliner », qui signifierait « Je suis… un beignet ». Et oui pas de bol, le « Berliner » était aussi une petite pâtisserie allemande style donut. Bien que longtemps tourné en ridicule, JFK n’était pourtant pas une quiche : en réalité, les deux tournures sont correctes. Pire, la sienne convenait même mieux à la situation, « Ich bin Berliner » sous-entendant qu’il serait né à Berlin. Ou comment passer (injustement) pour un flan en un éclair.

Le petit bonus : Kennedy s’était pourtant appliqué. Il avait même noté la phrase en phonétique (« Ish bin ein Bearleener ») sur un morceau de brouillon. Damned !
Ich bin ein Berliner, la note de Kennedy
La note de JFK pour son discours de Berlin (John F. Kennedy Presidential Library and Museum)